Barrettali

L’église de l’Annonciade à Barrettali

Eglise de l’Annonciade
Hameau de Conchiglio 20228 Barrettali
Source : https://www.barrettali.corsica/index.php/generale/patrimoine-culturel

Photo Pierre Bona

L’église de l’Annonciade (A Nunziata) de Conchigliu sur la commune de Barrettali – nouvelle version, érigée en paroisse en 1848. Elle appartenait à un petit couvent de Servites construit en 1590 et abandonné par les religieux en 1790. Vers 1870 – 1875 l’ancienne chapelle conventuelle a été agrandie et restaurée.

Le chœur de l’église est élevé dans le premier quart du XVIIème siècle et le couvent est ouvert en 1790. Au début du XVIIIème siècle, l’église connaît de nouvelles transformations. Une voûte est construite à partir de 1873 par l’architecte Pietro Giuseppe Simonpietri, originaire de Cagnano et marié à Barrettali. Il double le volume de l’édifice en rehaussant la nef et en l’allongeant. De la chapelle primitive, il ne reste plus que le chœur et une chapelle latérale dédiée à Notre-Dame-des-Sept-douleurs. On y trouve une très belle Mater Dolorosa datant du XIXème siècle.

La chapelle conventuelle de l’Annonciade – l’Annunziata – fait partie d’un ensemble comprenant un lieu de culte (la chapelle), un clocher-tour et un couvent. Ce dernier est aujourd’hui en ruine. En 1848, la paroisse de Barrettali est dédoublée : Cunchigliu est constitué en paroisse autonome, et, en 1854, on fait de même avec le hameau de Minerviu, situé entre Pino et Barrettali.

L’ensemble conventuel de Cunchigliu est mentionné en 1573. Il est tenu par l’ordre des Servites de Marie. Le principe de l’ordre des Servites est le suivant : il accepte de s’installer dans une pieve (canton) si un lieu de culte y est construit par les habitants de la communauté d’accueil. C’est le cas à Cunchigliu. Quand les moines servites s’y installent, ils sont au nombre de huit.

Le chœur de l’église est élevé dans le premier quart du XVIIème siècle et le couvent est ouvert en 1790. Au début du XVIIIème siècle, l’église connaît de nouvelles transformations. Une voûte est construite à partir de 1873 par l’architecte Pietro Giuseppe Simonpietri, originaire de Cagnano et marié à Barrettali. Il double le volume de l’édifice en rehaussant la nef et en l’allongeant. De la chapelle primitive, il ne reste plus que le chœur et une chapelle latérale dédiée à Notre-Dame-des-Sept-douleurs. On y trouve une très belle Mater Dolorosa datant du XIXème siècle.

Un autre tableau mérite une attention particulière : il représente les âmes du Purgatoire que saint Antoine Abbé s’efforce de sauver. On admirera la simplicité et la vérité des visages et le côté obsédant des flammes. Cette œuvre n’est pas signée. Elle est datée de la fin du XVIIème siècle.

La chapelle conventuelle conserve, aujourd’hui encore, un charme indéniable. Un olivier pousse en face de la porte d’entrée. L’esplanade engazonnée du sanctuaire est vaste et belle. Le lieu justifie qu’on y consacre un long moment de visite.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page